Du progrès technologique

Nous sommes tous conscients des avancées régulières de notre savoir et de nos technologies. Ces avancées sont perceptibles au travers de la célèbre loi de Moore indiquant l’augmentation régulière de notre puissance de calcul, mais aussi de la loi du retour accéléré défendue par le futurologue Ray Kurzweil. Une loi qui se révèle notamment par la vitesse d’adoption de plus en plus rapide de nos nouvelles technologies (p.ex. téléphone, télévision, Internet, smartphone, réseaux sociaux).

Nous mesurons intuitivement ce progrès en analysant le spectre grandissant de ce qui tombe dans le champ d’observation de l’homme. La nature est…


Extrait de l’ouvrage — L’Éden avant la chute : Le déni d’une intelligence artificielle générale

La métaphore biologique

L’homme, comme de nombreuses autres espèces est dépendante de symbioses. Les bactéries qui sont contenues dans notre corps décomposent les glucides que nous ne pourrions pas digérer autrement. Une dépendance entre des formes de vie de tailles non comparables et pourtant bien essentielles. L’homme et la technologie peuvent-ils vivre en symbiose et exclure la compétition ? La métaphore biologique permettrait de considérer l’homme et les futures machines intelligentes comme deux espèces vivantes en communauté. …


Il y aura toujours un Soleil pour accueillir une journée, qu’elle soit triste, difficile, joyeuse, qu’elle soit la première ou l’ultime de nos existences. Il y aura toujours un Soleil. Comme l’écrivait Louis Aragon, il y aura toujours une aube première… Le Soleil est tout de même âgé de 4,603 milliards d’années. Bien plus âgé que notre Terre dont il est en partie la cause. Comme un repère immuable de nos vies et pourtant constamment en mouvement. Tous les élans de ce monde, microscopiques et macroscopiques, s’émeuvent de voir les choses s’immobiliser sous nos yeux. …


L’homme peut s’inspirer d’une poussière de sable et d’une particule.

Deux éléments si petits qu’une poussière de sable et une particule peuvent transmettre à l’homme un rêve, celui de traverser l’espace et le temps.

La Terre a vu des grains de sable voler au-dessus des océans. Sans métaphore, des poussières de sable du désert du Sahara traversent régulièrement une partie de l’océan Atlantique. Les marins sont les premiers témoins de cette brume aux couleurs de grêles, gris, jaunâtre ou même rougeâtre. Elle peut apparaitre au milieu d’un océan ensoleillé. Ces brumes de sable ont généré sur la côte du Cap Vert, à plusieurs endroits de l’ile, des plages d’un sable…


Un visage de mots dans le paradoxe du temps.

L’homme est enfermé dans un paradoxe du temps où il semble malgré lui appartenir à un présent qui ne lui offre que des images furtives du passé. Le souvenir lui ouvre une porte vers ce dernier et un espoir d’avenir. Il règne assis au milieu de ce présent en constant mouvement. Un symbole d’instabilité porté par un environnement changeant, mais aussi par sa propre évolution. Cet être changeant par nature est au reflet d’un monde qui se modifie autour de lui et à chaque instant. Entrainé à son insu dans le mouvement de cette barque pas toujours sacrée de la…


Les anthropologues ont largement constaté qu’une langue porte la mémoire du temps. Le langage est un symbole de ce que le plus simple peut permettre de créer et de transformer en articulations complexes. De simples phonèmes au nombre limité. Notre espèce articule des mots qui portent un sens et autorise la communication. Un miracle aussi fort que celui porté par la musique et dont les constituantes ne sont que de modestes notes. Notes dont les agencements subtils et organisés peuvent vous offrir une profondeur d’émotion sans comparaison. Nous ne pouvons pas dresser raisonnablement une liste exhaustive des œuvres qui offrent…


Le message porté par une bouteille à la mer cosmique.

Le message envoyé comme une bouteille à la mer interstellaire est signé du 39ème président des États-Unis, Jimmy Carter en 1977. Les mots sont signés à destination d’une autre civilisation :

« Ceci est un cadeau d’un petit monde lointain, un gage de nos sons, notre science, nos images, notre musique, nos pensées et nos sentiments. Nous essayons de survivre notre temps afin que nous puissions vivre dans le vôtre. Nous espérons qu’un jour, après avoir résolu les problèmes auxquels nous sommes confrontés, nous rejoindrons une communauté de civilisations galactiques. Cet enregistrement représente notre espoir et notre détermination, et notre…


Une arche du savoir

Les premières traces du genre homo remontent à 2,5 millions d’années. Nous sommes en quelque sorte les vestiges de cette histoire. De quoi avons-nous hérité d’autres ? Les Égyptiens ont réussi dans une quête presque obsessionnelle de l’éternité à transmettre une partie des 3000 ans d’histoire de leur civilisation. Cet exploit a été rendu possible au travers des objets, des écrits hiéroglyphiques gravés sur les murs ou posés sur des papyrus (par exemple le livre des morts), mais aussi des joyaux architecturaux dont la construction garde encore des mystères. J’espère que ces œuvres parcourront encore quelques millénaires supplémentaires. Elles savent…


Nous gagnons de nouveaux mots et même de nouvelles langues. Ces mots ont été créés au fil des ans et des écrits afin de caractériser la transformation attendue et vécue par notre espèce. Cette modification se note en particulier dans le domaine de la science-fiction et de la futurologie. Des poètes et de grands scientifiques ont positionné dans le langage de leur époque des termes inédits[1]. Ces derniers sont toujours d’actualité et représentent une image des nouvelles perspectives de l’homme. Notons par exemple dans les écrits de Dante, Teilhard de Chardin, Herbert Marshall McLuhan ou Vernor Vinge les termes de…


Nos erreurs les plus communes sont certainement nos fautes de langue. Devons-nous les corriger ou corriger l’orthographe ? Certains linguistes soutiennent que l’erreur ayant une origine légitime, elle nous guide vers l’évolution.

En 1931, le linguiste Henri Frei nous offrira une grammaire des fautes[1]. Fautes qui portent un sens et expriment un besoin. Dès lors, l’erreur se traduit comme un signal furtif du futur. William Labov, l’un des fondateurs de la sociolinguistique moderne soutiendra que la faute peut être moteur de l’évolution d’une langue[2].

Une mutation spontanée de certains caractères et une sélection naturelle de la langue sont perceptibles, à…

charles perez

Professeur associé à la paris school of business. Docteur en science de l’information. Auteur sur les nouvelles technologies.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store